Appel de Bordeaux

Depuis le début de l’année 2022, la guerre en Ukraine est venue bouleverser le commerce des matières premières à l’échelle de la planète. La sécurité alimentaire est encore plus menacée dans de nombreux pays.

En raison de sa dépendance aux engrais azotés, aux pesticides et aux aliments du bétail industriel, l’agriculture conventionnelle contribue au réchauffement climatique, à la dégradation de la qualité de l’eau et de l’air. Elle est aussi à l’origine de la contamination de notre alimentation : en France près des deux tiers des fruits, légumes et céréales non bio contiennent des résidus de pesticides.

L'urgence climatique nous appelle à agir au plus vite pour changer de cap. Si nous ne modifions pas rapidement, et en profondeur, notre modèle agricole et alimentaire, l'issue sera très incertaine !

Une autre voie est pourtant possible. Elle consiste notamment à réduire la part de la production intensive de viande dans notre agriculture et dans nos assiettes. En parallèle, l’agriculture doit s’affranchir de la dépendance aux intrants : développement des légumineuses, allongement des rotations de cultures, reconnexion de l’élevage et des cultures à l’échelle locale, agroforesterie … Ces techniques existent et constituent la base de l’agriculture biologique, solution la plus aboutie pour la transition agricole et alimentaire.

Alors que des objectifs ont été fixés pour la bio au niveau européen, les pouvoirs publics doivent maintenant se donner les moyens de les atteindre, ce qui suppose de mobiliser l’ensemble de l’écosystème agroalimentaire : formation, recherche, conseil, financements, filières et société civile bien sûr.

Parce nous considérons que c'est maintenant qu'il faut agir, nous appelons l’ensemble des acteurs de la société civile, des responsables politiques et gouvernementaux, à se saisir de cet enjeu qui, loin d’être une question strictement agricole, concerne tous les citoyens.

Un Plan de développement de l'agriculture et l'alimentation biologique doit être mis en œuvre afin d'enclencher la transition agricole, sociale et alimentaire nécessaire aux urgences présentes et avenir. Il pourra nourrir le plan bio européen et aider à sa déclinaison ambitieuse.

À chacun de signer et faire signer cet appel de Bordeaux.


Premiers signataires : IFOAM-France, Maison de la Bio, FNAB, Bio Nouvelle-Aquitaine, ABioDoc, Ecocert, Bio Cohérence, MABD, InterBio Nouvelle-Aquitaine, Biomas, Guayapi